La traduction juridique est un véritable enjeu !

Terminologie juridique

Dans le contexte de la mondialisation des affaires, les relations contractuelles prennent toute leur importance, et l’accroissement des accords transnationaux entraîne une réelle imbrication des systèmes juridiques. Le recours vers un cabinet de traduction juridique, de valeur ne cesse donc d’augmenter. La traduction juridique professionnelle est un exercice subtil et plus complexe qu’on ne le pense souvent dans monde du grand public, qui doit allier : des connaissances avancées en droit, une maîtrise dans les langues sources et cibles, des qualités rédactionnelles permettant de traduire les nuances du texte source. Traduire un contrat de l’anglais en français par exemple implique de passer du droit anglo-saxon au droit romain, et consiste à faire coïncider les principes des deux systèmes. Ainsi, le texte d’arrivée doit être équivalent et non identique, au texte de départ. Ceci est d’autant plus vrai que chaque système possède sa propre terminologie juridique.

Les enjeux de la traduction juridique

Un traducteur juridique ne se contente donc pas de traduire, il effectue des recherches terminologiques et de droit comparé, pour que sa traduction soit en parfaite adéquation avec sa cible. La traduction juridique n’est pas anodine et requiert connaissance, adaptabilité et finesse de traduction. Elle est même souvent bien plus difficile que d’autres types de traductions : les enjeux vont au delà d’une traduction généraliste. En effet, comme la médecine, le droit est un vaste vocabulaire technique et pointu. Si l’on ne traduit pas de façon exacte ou si l’on paraphe légèrement, le sens peut être changé voire inversé, ce qui n’est pas acceptable. De plus, la “localisation” d’un texte de loi, son intégration dans un contexte culturel est une étape incontournable de la traduction.

Démarches pour faire appel à un traducteur juridique

Avant de faire appel à un service de traduction juridique, il faut vérifier plusieurs points : s’assurer de la confidentialité, l’entreprise de traduction doit s’engager à respecter la confidentialité la plus absolue sur les dossiers qui lui sont confiés. Il est préférable si les documents sont sensibles, de signer un accord de non-divulgation. Seuls les experts et spécialistes de traduction juridique, jurés sont habilités à mettre leur tampon et seul le bureau des apostilles peut délivrer une apostille. L’assermentation d’une traduction représente un coût supplémentaire non négligeable. Il est donc important de s’assurer que l’expert traducteur possède de solides connaissances juridiques, et souhaitables, pour plus de sécurité, que le texte traduit soit relu par un traducteur juriste.

A quoi sert le Document Unique de Sécurité (DUS) ?
Recherche en ligne de cabinet d’avocat à Paris